Marathon Messier, origine

Le Marathon Messier est une compétition, généralement organisée entre astronomes amateurs, qui a pour but d'observer durant une nuit le plus grand nombre, voire tous les objets du catalogue de Messier à l'aide d'un télescope ou d'une lunette.

Le principe du marathon Messier a été imaginé dans les années 1970 par plusieurs astronomes amateurs américains et espagnols, dont Tom Hoffelder, Tom Reiland et Donald Machholz. Le premier ayant réussi à observer les 110 objets du catalogue en une nuit semble être Gerry Rattley dans la nuit du 23 au 24 mars 1985 à Dugas (Arizona), suivi une heure plus tard par Rick Hull depuis Anza (Californie).

Différents clubs d'astronomie amateur d'Arizona organisent peu à peu leur propre marathon, jusqu'à ce que le concept gagne le reste du monde.

Dans la pratique, une nuit de marathon se décompose en plusieurs périodes d’inégale intensité. Il y a d’abord le sprint du départ, véritable course contre la montre pour saisir les objets les plus à l’ouest pendant le crépuscule astronomique, avant qu’ils ne plongent vers l’horizon. Les plus difficiles à repérer sont la galaxie M110, à côté de la grande Andromède (M31), et la galaxie du Triangle, M33. Les deux heures suivantes servent à observer la vingtaine d’objets dispersés de la Poupe à Cassiopée, admirer une cinquantaine d’objets, essentiellement des galaxies.  La phase finale consiste à observer des dizaines d'amas ouverts et globulaires et des nébuleuses.

Afin d'être prêt pour le défi, il est important de préparer ses observations. Une méthode simple consiste à utiliser un logiciel d'astronomie comme Carte du Ciel ou Stellarium et de préparer une liste des objets qui vont être observés. Il est intéressant d'observer au plus vite les objets qui vont rapidement disparaître sous l'horizon, puis de remonter dans la voûte céleste, puis enfin d'attendre la fin de la nuit pour observer les derniers objets visibles avant la levée du soleil. De plus,  il est intéressant de préparer la liste en fonction de votre matériel. Si vous avez une paire de jumelles, certains objets vous seront inaccessibles car trop peu lumineux. Si vous avez un télescope GoTo, il vous sera simple de trouver les objets, mais vous pourrez ajouter à votre liste l'oculaire à utiliser pour chaque objet que vous allez observer en fonction de sa taille.

Finalement, les astronomes amateurs prennent l'habitude de noter leurs observations, voire de les dessiner.

Texte tiré du site :   https://fr.wikipedia.org/wiki/Marathon_Messier

Origine du Marathon Messier au CAAS

Depuis plusieurs années le Club des astronomes amateurs de Sherbrooke organise un camp d'astronomie d'hiver ou Marathon Messier.  Pourquoi un camp d'astronomie d'hiver? Pourquoi l'appellation de Marathon Messier?  Quelle est l'origine de cette activité?

Et bien voilà, c'est une tradition qui se poursuit depuis 1991 environ. Cette activité se faisait tout d'abord au camp Val-Estrie de Waterville et se déroulait en février.  Les clubs d'astronomie des régions environnantes étaient invités à se joindre au Club de Sherbrooke pour une fin de semaine d'observation de la voûte céleste.

En 1992 se déroulait également une autre activité au mois de mars.  Ça s'appelait le Marathon Messier.  Les astronomes amateurs de Sherbrooke se réunissaient pour observer et faire une course aux objets de Messier.

C'est quoi un objet Messier?  C'est un objet céleste flou que l'on voit dans le ciel.  Une liste de ces objets flous a d'ailleurs été répertoriée par un certain Charles Messier en 1774.  Les objets Messier (au nombre de 110) sont les curiosités célestes les plus observées par les astronomes amateurs.

Pourquoi on les observe en mars?  Tout simplement parce que une fois par année, la position du soleil parmi les constellations nous permet d'apercevoir, en une seule nuit, les 110 Objets Messier.  Pas tous en même temps, mais tour à tour, depuis le crépuscule jusqu'à l'aube. Cette fenêtre d'observation dure 12 jours, soit du 19 mars au 30 mars.

En 1996, il fut décidé d'unir ces 2 activités au mois de mars, à cause du froid intense qui sévit généralement en février, ceci afin d'accommoder les amateurs.  C'est ainsi que le Marathon Messier vit le jour et que la tradition se poursuit encore de nos jours.

Gisèle Gilbert

Juin 2018

 

 

JSN Tendo template designed by JoomlaShine.com